Spi-Ouest France 2020

 

 

Cette année le Spi-Ouest France était en septembre, covid oblige ! Comme chaque année, plus de 300 équipages se retrouvent au magnifique port de la trinité-sur-mer pour plusieurs jours de régate intense. Deux équipages du LUC étaient présents, 1 en J80 et le second en J70.

Départ mardi 22 septembre à 7 h de l’EPFL pour plus de 1000 km jusqu’en Bretagne !

Jour 1 – mercredi

Mercredi, première journée en Bretagne pour les petits suisses du LUC Voile ! L’équipage naviguant sur J80 (Lucanaël, Marion, Pierre, Louis, Yann) est parti de bon matin direction port du Crouesty (« gracie mile Aldo per il taxi ») pour récupérer leur carrosse et le convoyer jusqu’à la Trinité tout en s’entraînant.

Après avoir mis le bateau à l’eau, tout préparé dans les moindres détails et pris des forces, c’est le grand départ sur l’eau. Les conditions étaient idéales pour un entraînement avec une bonne dizaine de nœuds établis dès le début, forcissant au fur et à mesure de la journée pour atteindre 30 nœuds dans les rafales en fin de journée !

Les manœuvres ont vite été prises en main par l’équipage dans toutes les conditions, allant du virement à bascule jusqu’au blindage du foc.

Le seul petit point négatif reste un petit accrochage de spi dans les barres de flèches non protégées lors d’un empannage qui aura valu un léger déchirage. Le team sur motivé a réparé tout ça après un pit stop efficace à terre afin d’adoucir les angles à coup de scotch, pour repartir de plus belle dans des conditions musclées

Bilan de la journée : un superbe entraînement très formateur qui fait vite oublier les petits couacs !

Demain c’est la finalisation de l’inscription et un dernier entraînement (reste à voir avec les conditions très musclées de 40 nœuds annoncés) !

« On est à foooooooond!!!!!! » nous informe Lucky

Côté météo, jeudi et vendredi s’annoncent costaud avec des rafales à plus de 40nds et de la pluie jeudi. Samedi et dimanche semble un peu plus tranquille avec 10 nds constant et grand beau dimanche !

Début des hostilités : vendredi !! C’est une fin de semaine qui semble bien embarquée !

L’équipage du J70 est belle et bien vivant !

Non sans mal : Le matin, alors qu’Aldo emmène l’équipe J80 à Arzon, le reste de l’équipe réceptionne le J70 (qui a abandonné sa girouette sur la route ! ). Mâtage, mise à l’eau, préparation, et démontage de la remorque trop grande qu’ils vont perdre dans la forêt profonde bretonne.

Puis casse-croute et c’est parti ! Loïc fait n°1, Aldo embraque, Nina n°2, Zoé GV et Lennard barre. Ou bien tout le monde est au rappel et Lennard fait tout, ça dépend des fois.

« On abat, petit entraînement d’empannages qui se passent très bien. Puis Fffff Plouf tchhh ffffffv vvv on part au taaaaaa (mais tout en douceur le départ au tas. On commence à glisser, on glisse, on glisse, on penche, on peeeeeenche…. Et on lâche la drisse… ) Et c’est reparti au près… Risée dans 2 longueurs ! Risée ! Claque ! On est à la verticale ! Faudra beaucoup manger ce soir « 

Bref vous l’aurez compris, ça vente, un peu, beaucoup même.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’équipage du J70 au pré


Le J80 et J70 au contact

 

Jour 2 – jeudi

Inscription, repos et préparation

Pas d’entraînement.

Le vent a soufflé toute la nuit. Le rugissement des rafales et les claquements de la tente ont bien occupé le sommeil de Louis, aux 1ères loges du spectacle dans le lit supérieur situé à quelques centimètres de la toile. Le vent est trop fort pour oser sortir, ils vont donc voir la mer et tous ses moutons après un petit déjeuner copieux. Exploration des alentours pour certains, baignade et toboggan pour d’autres. Du tourisme quoi !

Ensuite, ils passent aux choses sérieuses. Ils vident l’eau des bateaux, vérifient la tension des haubans et les skippers vont seuls à la confirmation des inscriptions, covid oblige. Retour trempé, dégoulinants. Affamés, ils avalent un paquet de gâteau et un bon thé bien chaud en lisant les IC. Attention ! Pas tout le paquet ! Il ne faudrait pas prendre du poids avant les pesées aléatoires pour le J80.

Et puis ils parlent tactique et règles de courses, c’est une journée idéale pour la préparation théorique. Les prévisions météos pour vendredi (premier jour de régate) annoncent du costaud. La crêperie du soir semble la dernière occasion pour l’équipage du J70 de prendre du poids pour affronter ces conditions sportives.


L’équipe à la crêperie

Jour 3 – vendredi (1ᵉʳ jour de régate)

Aujourd’hui donc, premier jour de régate !!

Nouvelle nuit agitée passée au camping, au milieu des claquements et rugissements du vent. Le matin, échauffement puis les derniers peaufinages : réglages des haubans, sprint pour Lucanaël jusqu’à la voilerie pour tailler une latte non fournie avec le foc de régate J80, multiples allers-retours pour l’équipage du j70 afin de retrouver les autocollants nécessaires pour participer, plouf d’un tournevis et autres bricoles…

Le vent continue à forcir, les premiers départs sont reportés.

14h – J80 :

Toutes les classes restent à terre, sauf les class 40… et les J80! Qui partent pour le 1ᵉʳ départ, avec un peu l’impression de servir de crash test. Sortie du port remplie d’embûches, quelques difficultés à hisser la grand-voile avec ce vent, ce qui leur a permis d’aller faire un petit tour au-dessus des parcs à huître. La suite de la descente du chenal se fait sous spi, au milieu de la flotte des j80. Un grand moment, comme chaque année ! Le vent est fort, mais les sensations sont bonnes, l’équipage est sur motivé !

Un premier départ est donné, puis annulé rapidement, à cause « d’une bascule à gauche trop importante ». Le vent faiblit, les conditions deviennent plus faciles, mais la mer se noircit et une immense claque arrive. Les conditions sont déchaînées, encore pire qu’au début. Deuxième départ, tiers comité très bien négocié, les place dans une position très intéressante. Une bonne analyse du plan d’eau et un excellent bord de près leur permet même d’arriver en 10ᵉ position à la bouée au vent.

Commence ainsi un bord de spi d’anthologie, avec un équipage hésitant au début, mais décidé ensuite. Les surfs sont mémorables et les pointes de vitesse impressionnantes. Ils sont à la limite, mais ça tient, laissant quand même échapper un « en vrai les gars je ne peux plus rien faire là » de Lucky (embraque sur le bateau). Le passage de la bouée sous le vent est encore plus limite, entre 2 concurrents au tas, mais très bien négociés par le skipper Yann. L’équipage est en feu, tout fonctionne bien au milieu de ces conditions dantesques. Puis commence la partie compliquée : le vent forcit encore et ils choisissent le mauvais côté du plan d’eau, en proie à un courant de marée imprévue. C’est dur, et beaucoup de places sont perdues.

C’est finalement une 29ᵉ place un peu décevante qui les attend, mais l’équipage reste survolté après ces sensations fortes et les enseignements du jour ; Ils attendent la suite le couteau entre les dents

15h30 – J70 :

Pendant que les copains visitent les parcs à huîtres, pas de nouvelles pour les J70… Le temps passe… Pluie, soleil, pluie et toujours vent… Ils se demandent s’ils vont pouvoir courir aujourd’hui. Petit café. Ils s’apprêtent à aller chercher le tarot (ou le Jass ?) lorsque, soudain la VHF : « …. … restent à terre….. open… et J70 signal d’avertissement…15h30 » Ouaaaaaais !

Ruée vers les bateaux. La petite accalmie passe bien vite et la manche s’annonce donc très sportive. Ils jouent la sécurité au départ, essaient de faire avancer (à peu près droit) le bateau, et finalement ils ne s’en sortent pas trop mal ! Les bords de près sont difficiles, mais largement compensés par des bords de portant bien planants. Avec une pointe à 17 nœuds sous spi ! « C’est génial ! Que du bonheur ! « 

Ils rentrent au port, épuisés après cette unique manche de la journée sur une 8ᵉ place ! Repas copieux puis gros dodo pour être en forme demain.

La météo s’annonce plus tranquille pour demain avec une dizaine de nœuds, mais toujours rafaleux ce qui promet de belles manches.

J70 en action

Coucher de soleil au camping

Jour 4 – samedi

Arrivée au port à 8h30 pour les deux équipages avec l’envie de montrer ce que les Suisses savent faire dans des conditions lémaniques !

Après quelques minutes, les équipages ont appris que les pêcheurs étaient en train de bloquer le port afin de protester contre de nouvelles réglementations de l’État français.

Après deux heures et demie d’attente sur les quais, l’organisation est arrivée à un accord et les pêcheurs libèrent la sortie du port pour midi, suivi dans le chenal par l’ensemble des équipages de la spi ouest ! Magnifique sortie de port à travers le chenal avec près de 300 bateaux dans un vent faible.

J80 : Après une longue sortie d’une heure et une manœuvre de manivelle à la mer réussie, l’équipage arrive (enfin) sur la zone de course.

Premier départ lancé, et c’est parti pour l’équipe ! Super départ (vous verrez ensuite le petit souci), excellente remontée au vent au centre du plan d’eau en profitant des variations de direction. Passage au vent 9e et ensuite super descente sous spi pour finir 10ᵉ. Malheureusement, l’équipage apprend qu’il était au-dessus de la ligne lors du départ (eh oui Yann est un spécialiste des OCS) !

Mais l’équipage a le moral et repart pour deux autres manches qui seront moins bonnes. De bons départs, mais des erreurs qui coûtent cher et nous empêchent d’accrocher le paquet du milieu de flotte.

Malgré ces deux dernières manches un peu ratées, l’équipage à le sourire et rentre sous de magnifiques couleurs vers la trinité sur mer afin de profiter d’une bonne bière fraîche le long des quais.

Demain matin émargement a 7h30 dans un vent de 15-20nds pour profiter de cette dernière journée et remonter au classement !

 L’équipage J80 en plein Surf !

Repos avec une bonne bière !

 

Jour 5 – dimanche

Attention, grosse tartine pour ce dernier jour.

Dernier jour de régate au Spi Ouest France ! Un avenant avance l’émargement à 7h30, réveil 6h ça pique ! Le bateau est gréé à la frontale aidée par une légère lueur matinale du soleil levant dans un air frais, seulement 7 petits degrés qui se courent après. Le réveil très matinal en valait la peine, car c’est sous spi à 15 nœuds qu’ils sortent du chenal, profitant d’un lever de soleil digne des plus belles cartes postales de Bretagne, entouré de 200 bateaux de tous genres !

— J70 —

L’équipage fait son échauffement et se prépare pour la première manche dans des conditions déjà bien établies et un vent annoncé forcissant. La fatigue autant physique que matérielle se fait ressentir et le résultat de la première manche n’est pas vraiment à la hauteur des attentes du jour d’avant.

Le deuxième départ est bien meilleur que le premier, le bateau avance bien, mais de nouveau de petites erreurs techniques font que des places sont perdues. Durant la dernière manche le vent commence à bien forcir et sur la dernière descente sous spi leurs concurrents offrent un super spectacle de départs au tas. Avec 27 nœuds établis la descente fut rapide avec une pointe de vitesse à 21 nœuds, record de la semaine.

Finalement les résultats laissent l’équipage un peu sur sa faim avec une dixième place au général. Ce fut cependant une super occasion pour progresser dans des conditions qu’on ne voit pas souvent sur le lac et sur un support dont on n’a pas l’habitude. Ils auraient bien aimé faire plus de manches, mais rentrent bien fatigués et contents !!

— J80 —

Ils sont les premiers à sortir du port et mettent à profit leur avance sur l’eau pour bien s’échauffer au niveau des manœuvres et de régler le bateau au millimètre près pour un vent bien établi de 17 nœuds.

C’est à 9h30 que la première manche de la journée a été lancée après un premier rappel général. Un départ médiocre les place en arrière de flotte, les obligeant à gratter places après places malgré de légères erreurs pendant les manœuvres, altérant leur performance.

Pour la deuxième manche c’est un vent forcissant à 25-30 noeuds qui les attendait. Un bon départ les place au milieu de la flotte avec un barreur très très chaud au près qui fait un très bon cap tout en maintenant une bonne vitesse permettant de monter quelques places ! Quelques difficultés apparaissent cependant au portant avec un bateau qui a du mal à partir au planning alors que tout le monde grimpe sur les vagues autour… Mais après un deuxième bord de près à nouveau monstrueux en cap, les sensations sont bien plus présentes pour la dernière descente avec des plannings très puissants ! C’est une belle 17ᵉ place qu’ils parviennent à décrocher.

C’est parti pour la 3ᵉ et dernière manche de la journée ! Les muscles commencent à souffrir, mais la motivation est toujours là et ils s’arrachent ! Ils sont rodés maintenant et une grosse progression se fait sentir par rapport aux premières manches ! Le départ se fait à ras de la ligne mais ça paaaaaaasse ! Le Yannou est à fond et cap comme un fou guidé par son copilote Lucky ! Ça grimpe ça grimpe pour attraper une belle 7ᵉ place au vent !

Malheureusement même si les sensations sont présentes sous spi, une erreur de placement sur le plan d’eau provoque un retour de la flotte. Malgré une belle remontée au près et une dernière descente acharnée, il sera impossible de retrouver leur place et c’est à nouveau une 17ᵉ place.

Rentrée au port, fatigués, mais avec un grand sourire aux lèvres, fiers de la progression au cours de la régate.

Le retour se fera de nuit et une arrivée au petit matin à Lausanne. Sacrée semaine vécue pour nos 10 chanceux !

On se dit à l’année prochaine 😉

 J80 sous spi

 J80 au planning

 


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU