Spi Ouest France 2019

Deux équipes du LUC Voile se sont fait plaisir à Pâques lors de ce Spi Ouest France 2019. La première était constituée de Tara, Felix, Adrian et Yannick ; et la seconde de Lucanaël, Zoé, Loïc, Anaëlle et Yann. Trois jours de régates en J80 sous un grand soleil, avec des conditions parfois capricieuses mais intéressantes et un résultat dans l’objectif (18e et 51e / 64). Pour un récit plus imagé, l’équipe 1 nous a partagé une vidéo. Accessible en ligne, elle vaut le détour !

Tara, Felix, Adrian et Yannick sont arrivés à la Trinité-sur-Mer dans la nuit de jeudi à vendredi avec Lucanaël et Zoé. Anaëlle, Loïc et Yann sont eux arrivés jeudi en fin de journée de Paris. Le lendemain, Felix étant encore un peu malade, il a été laissé au repos. Les trois autres ont pu récupérer le bateau de l’équipage 1 et le préparer le matin, avant de passer à l’inscription et sortir quelques heures pour retrouver les réglages et les sensations du J80, l’après-midi. Le second équipage a préparé son J80, passé les inscriptions, puis après quelques soucis de numéro de grand-voile, est vite parti sur l’eau pour faire de longs bords jusqu’à Quiberon.


La régate a commencé samedi. Le vent au nord-est soufflait entre 10 et 15 nœuds, de quoi se faire plaisir !

La première manche a été compliquée pour l’équipe 1 du LUC, qui a peiné à trouver une bonne vitesse. Le départ, point faible de l’année passée, a cependant été assez bon. La communication à bord était bonne et comme toujours l’ambiance aussi. Ils ont ainsi pu quand même se classer 32e de cette première manche, laissant derrière eux 33 autres bateaux. Mais ils devaient impérativement trouver le moyen de corriger la vitesse : dès la deuxième manche, la solution a été trouvée en se concentrant sur une meilleure relance en début de risée. Du coup, le résultat a suivi : 11e, même après avoir contourné la première bouée au vent dans les 10 premiers. Pourtant, ça n’a pas été de tout repos. L’année passée, ils avaient pu se rendre compte du bon niveau des 20 premiers, et cette fois-ci, c’était encore une autre chose. Il leur a fallu rester concentrés et très actifs jusqu’au bout pour ne pas être décrochés ! Deux autres manches ont pu être courues le même jour et elles ont toutes les deux étés conclues par une 17e place. La bonne vitesse et des bonnes manœuvres ont permis de valoriser de bons choix tactiques. La différence avec la manche précédente s’est fait sur des détails, dont un départ un peu moins rapide. Cette première journée a donc été très positive pour l’équipe 1 du club. Notamment grâce à l’expérience engrangée l’année passée, elle a su trouver une solution plus rapidement dans les situations plus compliquées : une position défavorable avant le départ, les changements de force de vent, etc. Ils pointaient à la 18e place du classement général provisoire.

Pour le second équipage, la journée a été bien plus compliquée. Les deux premières manches ont toutes les deux commencé par un mauvais départ, puis un gros déficit de vitesse à la remontée au vent a rendu toute performance difficile. Malgré une très bonne vitesse au portant, l’équipage a tourné autour des 50e. À la troisième manche, l’équipage décide de prendre un gros risque sur le départ : malgré le pavillon black-flag, l’équipage monte haut sur la ligne et part au top départ en haut de la flotte. Pourtant, ce magnifique départ n’a pas suffit, le déficit de vitesse s’est payée cash et les bateaux ont passé les uns après les autres. Malgré tout, une place de 39e sera gagnée par l’équipage. Après la dernière manche, l’équipe est 52e au général.


Le lendemain, dimanche, le vent était faible, comme annoncé. La flotte des J80 a dû s’armer de patience pour finalement pouvoir courir une manche.

Leur rond se composait des J70 et open 5.70 et les risées se sont faites rares et relativement courtes, trop courtes pour lancer les 3 séries dans la même risée. Ils ont donc couru une seule manche. Après un rappel général, tous les J80 se sont replacés sous la ligne.

L’équipage 1 du club s’est un peu emmêlé les pinceaux dans le nouveau compte-à-rebours et n’a pas su se placer à temps sur la ligne. Ils se sont retrouvés en deuxième rideau derrière un groupe dense, ne leur laissant qu’un air très perturbé. Le départ a donc été bien raté. Mais, de nouveau, ils ont été très actifs pour trouver une solution et se dégager dès que possible. Ça n’a toutefois pas suffit pour se replacer dans les 20 premiers, comme la veille. Ils ont même perdu encore quelques places sur le dernier bord de portant, en tentant un empannage rapide après la bouée au vent. C’est pour finir la 33e place qu’ils ont pu atteindre.

Pour l’équipage 2, mêmes problèmes de timing : l’équipe est très bien placée sur la ligne, puis voit l’ensemble de la flotte partir à 1min15 à sa montre. Les quelques secondes de réactions ont laissé leurs adversaires prendre le dessus et sont partis dans les dévents d’un gros paquet. L’équipage s’est battu tout du long et a finalement réussi à gagner une dizaine de place sur le dernier bord, ils finissent 44e.


Lundi, dernier jour de régate, le premier départ est prévu 1h30 plus tôt. Le vent s’est de nouveau fait attendre, mais les J80 ont été lancés en premiers.

L’équipe 1, désireuse de faire oublier son résultat de la veille, a réussi un bon départ entre le milieu de ligne et le bateau viseur, alors que la ligne était très favorable au viseur. Elle a pu virer très vite et s’accrocher au groupe de tête. Les conditions sont restées faibles mais suffisantes pour régater. Le premier portant leur a fait penser à une régate lémanique :  les équipiers tout à l’avant du bateau pour en faire décoller l’arrière, cette stratégie a porté ses fruits pour l’équipage qui a gagné une place et s’est retrouvée aux portes du top-10 à la bouée sous le vent. Ils ont ensuite essayé de se décaler plus à droite que le paquet de tête, mais n’ont réussi qu’à se rapprocher, sans gagner de place supplémentaire. Le dernier passage de bouée lui a encore permis de faire un joli coup. Un adversaire avait réussi à la dépasser sur le portant, juste avant de devoir lancer le dernier empannage. L’équipe du LUC a décidé de le faire en même temps que son concurrent pour essayer de le déventer. L’opération a bien marché et le bateau lausannois a pu se placer en avant de son adversaire. Il devait cependant lui laisser la place à l’intérieur pour passer la marque, question d’engagement. Il lui a donné juste l’espace suffisant pour contourner la bouée, gardant ainsi la moitié du bateau en avant de l’adversaire, avec de l’air frais. Finalement, l’autre J80 l’a doublé, grâce à une meilleure vitesse, laissant les Lausannois démunis. Mais le résultat de cette manche, 12e, a clôturé la régate d’une belle manière. Au classement général, ils ont obtenu la 18e place, un très bon résultat.

Quant au second équipage, manche correcte, avec un mauvais départ, mais de belles prises de risques sur les coups tactiques qui ont permis de remonter un peu. L’équipage finit 51e de cette Spi-Ouest 2019, en ayant beaucoup appris, mais avec quelques frustrations sur la vitesse du bateau.


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU