Le LUC à la SYWOC

En cette belle fin d’après-midi du lundi 16 octobre, l’équipage fraîchement constitué du LUC Voile débarque, chargé comme des mules sur la petite archipel du Frioul. La lignée de Grand Surprise attend patiemment que les concurrents se voient attribuer une embarcation. Mais notre attention se porte automatiquement sur la beauté de l’endroit. Un paysage sorti tout droit d’un reportage de Yann Arthus Bertrand qui mêle les arrêtes escarpées aux vagues qui s’écrasent de toute leur puissance sur des falaises aussi raides que vertigineuses. Nous héritons du bateau baptisé « Gangster » et attendons le lendemain matin pour vérifier l’entier de l’accastillage ainsi que de bricoler quelques accessoires « à la Suisse » afin de préparer au mieux notre bête de course. L’équipage est remonté à bloc pour la seule manche de la journée, celle d’entraînement, que nous remportons. Le sentiment de pouvoir faire un bon résultat s’installe dans l’esprit de tous.
!

Mercredi, les festivités commencent. Les 9 équipages venus des quatre coins du monde hissent les voiles dans un joli vent d’une quinzaine de nœuds et disputent 4 manches en parcours tactiques. Les bords sont courts, les manœuvres rapprochées et les concurrents n’ont pas peur du contact. Un début de championnat compliqué pour nous, sans doute un peu d’appréhension en est la cause. Nous terminons 7e, 2e, 5e, 5e. Du bon et du moins bon pour l’équipage sponsorisé par l’EPFL. Malgré le fait que la journée commence à être longue et dure, le comité de course décide de nous envoyer sur une dernière manche, une côtière qui nous fait parcourir les 7,5 Miles que représentent le tour de l’archipel du Frioul ainsi que de château d’If. Le moral est au top sur Gangster. Malgré le fait que nous soyons en 6eme position après 6 Miles de course, nous restons à fond dans le vent qui a forci à 22 nœuds maintenant. Digne d’un passage du cap Horn, nous passons extrêmement proche d’une falaise dans une mer houleuse qui se croise à quelques mètres seulement de la côte. Ce passage osé nous propulse à la première place puisque les autres concurrents ont préféré prendre de la marge sur ce rocher ; place que nous réussissons à conserver jusqu’à la ligne d’arrivée !
Le jour numéro deux s’est déroulé dans un vent approchant les 30 nœuds. L’équipage est de plus en plus solide. Les manœuvres sont de plus en plus belles, la coordination est nettement améliorée. Les départs sont très intenses dans un tel vent mais nous restons concentrés brillons dans l’exécution de cet important exercice. Quelques impuretés toutefois sont encore présente sur le pont du grand Surprise Suisse et nous font perdre quelques mètres mais cela équivaut à quelques places puisque les 5 bateaux de la tête de flotte naviguent dans un mouchoir de poche. Nous terminons 3e, 4e, 4e et 5e aux manches du jour, la dernière étant le tour de l’île dans l’autre sens.
Avant de partir sur l’eau le lendemain, nous faisons un point sur le classement. 5è du classement General, le groupe de tête reste tout de même atteignable. Il s’avère que nous partageons la 1e place avec les japonais du classement des régates côtières qui représentent une catégorie à elles seules. Le troisième jour de course s’est apparenté à une après-midi de rêve sur le lac Leman : mer plate, vent d’une douzaine de nœuds, risées bien dessinées et oscillations d’une quinzaine de degré.
Et ça n’a pas manqué ! Superbe journée pour nous. Nous faisons 2 et 3 aux deux premières manches de la journée. Les manœuvres sont effectuées à la perfection. Nous sentons que l’équipage va de l’avant, progresse à toute vitesse et prend énormément de plaisir à faire avancer le bateau. L’annonce de la côtière de 20 Miles nautiques nous met le sourire aux lèvres. Au programme : laisser l’île de Jarre à tribord et redescendre sous spi jusqu’au Frioul. Barreuse calme, tacticienne à l’affût, embraques au taquet, piano efficace et numéros uns explosifs, c’est après 2h30 de tension et de marquages, nous gagnons cette côtière, à notre plus grand bonheur. Nous remontons à la 4e place du classement général et prenons pleine possession de la 1e place du classement côtier ! Samedi, dernier jour de régate, le vent est extrêmement faible, 5 à 6 nœuds seulement, mais 4 manches sont tout de même courues sous un soleil de plomb. Les résultats : 6e 4e 3e et 2e. Jolie journée pour nous malgré le fait que nous sommes, et de loin, l’équipage le plus lourd de la flotte. Ces points ne suffiront qu’à conforter notre place au classement général.
C’est avec une 4è place à la coupe du monde étudiante et un titre de vainqueur dans la catégorie côtière que nous terminons cette magnifiquement semaine de course intense. Nous gardons des moments forts dans nos esprits et nous sommes fiers de l’engagement que nous avons démontré ainsi que de nos résultats.


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU