Le Bol d’or Mirabaud 2019, et son orage musclé

Cette année, le LUC Voile avait deux équipages lancés dans la plus grande régate en bassin fermé. Forum EPFL 1, avec à son bord Stéphanie, Anna, Charlotte, Fernando et Martin ont franchi la ligne 17e des surprise, tandis que Forum EPFL 2 mené par Loic, Yoann, Adrien, Maëlle et Pierre ont terminé 22e des surprises. Cette édition a été le théâtre de l’un des plus gros orages de la compétition, conditions qui ont été bien gérées par nos deux équipages, puisque grâce à leur expérience et leur bonne étoile, ils ont ramené les bateaux à bon port sans casse. Voici leur récit de cette incroyable édition.

Forum EPFL 1

Pour la préparation, l’équipage a pu s’entraîner devant Lausanne en bénéficiant du généreux prêt d’un Surprise tandis que les deux bateaux du LUC se trouvaient déjà à Genève.

Le départ : Le bateau se plaçait pour prendre un bon départ et bataillait dans le peloton pour tenter de sortir au mieux de la Rade de Genève. Finalement, c’est presque un second départ qui avait lieu lorsqu’un très grand groupe de bateaux se retrouvait aligné à la hauteur de Chens-sur-Léman et l’équipage a su bien tirer son épingle du jeu en décollant avant les autres : « on a affalé le spi au bon moment et on a décollé, on ne sait pas trop comment mais cette sensation quand ça démarre enfin et avant les autres c’est trop bien » raconte Charlotte. Il a pu ensuite tirer des bords à la côte française et se placer au large du Golfe de Coudrée afin d’anticiper la bascule qui allait précéder l’orage tant attendu. Le ciel s’est progressivement assombri tandis que la flotte pouvait faire son chemin, Forum EPFL 1 tiers-lac, avec le spi en direction du Bouveret.

L’orage : La décision a été prise d’anticiper au maximum, ce qui a été facilité par la présence d’autres navires dont la cabrioles signaleraient le moment d’affaler le spi. La rapidité de la montée du vent fut très impressionnante : un lac plat et un vent soufflant à une vitesse à décoller l’eau de la surface, puis très rapidement des vagues d’une amplitude rarement observée sur le Léman. Une fois les voiles d’avant affalées et sécurisées, c’est le compas qui a guidé l’équipage car la visibilité s’arrêtait à quelques centaines de mètres. L’équipage a dépassé bon nombre de navires en difficultés et n’a pu se contenter que de les éviter pour se maintenir en sécurité. Pour corser encore un peu l’aventure, il a d’abord été nécessaire d’empanner. Puis c’est un Grand-Surprise en fuite qui a donné du fil à retordre : les deux bateaux faisaient route côte-à-côte pendant de longues minutes, forçant la vigilance à cause du risque de collision. Finalement, Forum EPFL 1 a pu s’en dégager en passant devant et poursuivre sa route, mettre un foc puis le génois et tenter de gérer au mieux les vagues toujours présentes alors que le vent allait en faiblissant.

La nuit : Les airs étaient faibles durant la nuit. Comme le dit Charlotte, « parfois il a fallu être patient et savoir attendre son tour. Ça peut se jouer à dix mètres, tu as un bateau au vent et un dessous et là c’est juste toi qui avances. Quand ça t’arrive tu te dis que tu as vraiment de la chance et tu en profites à fond ! On essayé de se reposer et de faire avancer le bateau au mieux, le jour était vite là et on se retrouvait à nouveau devant Yvoire dans des airs faibles, il y avait juste eu un énorme orage entre temps… ».

L’arrivée : Descente dans le Petit Lac à la côte française à nouveau. Sur le finish, c’est l’équipage de Jawa qui doit être marqué et maîtrisé : c’est chose faite et Forum EPFL 1 coupe la ligne à la 17e position du classement des Surprises.

Bilan : Positif pour l’équipage : rien de cassé, pas de bobos, et des heures passées à naviguer pour apprendre, partager et progresser. On retiendra tout de même l’utilité de se mettre tribord amure avant que le vent ne monte… pour la prochaine fois. Les membres de l’équipage restent motivés, dont deux plus que jamais puisqu’Anna et Charlotte ont décidé de participer aux 5 Jours du Léman en juillet prochain !

Forum EPFL 2

Le vent est très léger pour ce départ du bol d’or, il souffle du sud et ce sera donc un départ vent arrière, sous spi. L’option est prise de partir sur le côté ouest de la ligne. Le départ lui-même est plutôt bon mais il aurait été nécessaire d’empanner rapidement. C’était sans compter le wagon continu de bateaux tribord amure partis sur une ligne plus à l’ouest de la nôtre. Après quelques hésitations et demi-tours Forum EPFL 2 se replace du côté ouest de la flotte de surprises et ce laisse porter au rythme de légères risées.

Arrivé au bout du petit lac, Forum EPFL 2 est toujours au contact. Le vent est aux abonnés absent, l’équipage décide de grignoter un bout. Il est environ 16h00, la météo depuis plusieurs jours annonce un violent orage pour 17h. L’équipage ce répète donc le comportement à adopter. Le vent revient et commence à forcir graduellement. C’est l’heure de s’habiller et d’enfiler bottes, vestes, salopettes, gants et bien-entendus les gilets.

Les nuages qui se massent depuis le début de l’après-midi et s’amoncellent pour former une impressionnante ligne dans le ciel. L’atmosphère est lourde et la luminosité faiblie. Tout le monde s’affaire pour préparer le bateau. Le génois est affalé et arrimé sur le pont, le petit spi est envoyé et l’équipage est prêt pour l’affaler à tout instant. Dans un dernier moment de répit, le regard se tourne vers l’arrière, théâtre d’un spectacle fabuleux : le ciel a pris une teinte verte. Tout à coup, tout s’accélère, le souffle pousse le bateau et s’intensifie, on affale, et à peine le spi glissé au fond du capot que la tempête se déchaine. Le bateau file à plus de 10 nœuds vent arrière, sous GV seule. L’orage s’intensifie encore, la pluie fait son entrée suivie de peu par la grêle. Les 45 nœuds ambiants commencent à lever des vagues. Un puis deux mètres de houle courte. Loïc, le barreur est concentré pour empêcher le bateau d’enfourner. L’équipage, lui est aux aguets pour repérer les autres concurrents, la visibilité étant très faible. Pour l’équipage de Forum EPFL 2, le plus important est de s’en sortir avec le minimum de casse, la trajectoire choisie est donc celle qui économise le bateau. Un des équipiers suit le bateau au GPS, Forum EPFL 2 file le long de la frontière. Après 45 minutes intense et quelques manœuvres l’orage s’éloigne enfin. L’équipage se découvre au large de Lutry, de l’autre côté du lac, tout près d’un catamaran M2 chaviré mais assisté par son zodiac. Toujours dans une houle bien formé le bateau reprend sa route sous grand spi. L’équipage est alors heureux d’avoir essuyé cette tempête sans casse et avec tous ses membres d’équipage à bord.

Avant

Pendant

La traversée jusqu’au Bouveret est lente et mentalement difficile. L’équipage, trempé par la tempête, observe la flotte qui, ressortie du grain côté français avance inexorablement et rapidement vers la bouée. Le moral remonte lorsque le soleil fait son apparition juste avant de se coucher. Les couleurs sont alors majestueuses, l’air est limpide et la chaleur apportée par ces quelques rayons n’est pas de refus. L’équipage en profite pour souper. Après de nombreux virements, la barque du Bouveret est enfin dans le tableau arrière. Cap sur Genève et sur une courte nuit.

Il est temps pour une partie de l’équipage d’aller se reposer. L’équipage réduit décide tout d’abord de passer côté suisse, puis, au milieu du lac, change d’avis pour couper au plus court et profiter de vents annoncés proche de la côte française. Afin de regagner quelques places l’équipage est au taquet et les envois de spi sont nombreux. L’option est bonne et le bateau avance tranquillement vers Ivoire.

Au petit matin en face d’Ivoire, le vent est faible et de secteur sud. Sur les coups de 9h00 un vent de Nord-Est se lève. Le spi est hissé et Forum EPFL 2 suit la côte Françaises pour profiter des effets de côtes. L’équipage est au contact avec d’autres bateaux et se bat pour ne rien perdre malgré un déficit de vitesse. Peu après 11h, la ligne d’arrivée est passée en 22ième position du classement surprise.

L’équipage a énormément appris durant cette régate et est très satisfait de son résultat. Ils ont su se faire confiance même au plus fort de la tempête. Ce fut un premier bol d’or très intense pour tous et il restera graver dans leur mémoire.


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU