La Solitaire du Haut Lac 2020

Le samedi 13 juin 2020 avait lieu la solitaire du haut lac, un parcours Villeneuve-Cully-Villeneuve à boucler avant minuit. En solitaire donc. Cette année, Lennard emmène Forum EPFL 1 sur ce parcours pour sa première régate solitaire. Habitué de la région, il fait ses preuves au CVVT sur dériveur, puis rejoint le LUC pour tâter le lesté. Membre d’équipage de Forum 1 sur la saison, il sera aussi présent pour les 5 jours du Léman fin juillet aux côtés de Loïc. L’objectif est donc d’engranger un maximum d’expérience. Et quelle première !!

 


 

— 07:00 : Lennard se réveille, prêt, déterminé. Il baille. Bon ça attendra encore un peu.

— 07:34 : Lennard se re-réveille. Regarde le l’heure. L’HEURE !! Il bondit du lit, attrape le ptit dej et fonce au bateau crinière au vent prêt à en découdre.

— 08:02 : Arrivée au bateau. Qu’il est fier ce surprise ! L’occasion de repenser au convoyage de la veille : du Foehn était annoncé avec un pic à 20 nds. Au final c’est une « nav » tout ce qu’il y a de plus tranquille ce qui lui permet de reprendre ses marques et travailler l’empannage. Tout tombe à l’approche de Villeneuve et il faut finir au moteur. Mission – Partie 1 :  accompli.

 

 

— 10:12 : Après avoir gréé et une sortie au moteur, le voilà se préparant au départ. Plutôt calme.

— 10:30 : PAN ! Le départ est donné ! Les 28 bateaux s’élancent direction Cully.

 

 

 

Enfin s’élancent, avec une vitesse toute relative. Deux options se distinguent, une au large et l’autre proche de la Tour-de-Peilz que Lennard choisit. Aux alentours de midi, il se retrouve à l’arrêt total, sans air (ni erre). Bon, il n’y a qu’à prendre son mal en patience. L’Ouest se lève gentiment, et il voit les bateaux ayant choisi l’autre option décoller légèrement avant lui. Le souffle touche finalement Forum 1 et le pousse jusqu’à Cully. L’Ouest n’a pas cessé de forcir,  jusqu’à un bon 20nds, l’obligeant à prendre un ris et affaler le génois. Facile ! Tu bloques la barre, un petit numéro de funambule et voilà la voile arrimée au pont. Il se fait quand même « éclaté » mais tout va bien, le matériel résiste et le voilà arrivé à Cully, paré pour la descente !

 

 

C’est là que les choses rigolotes arrivent. Première étape, hisser le génois. Et voilà Lennard, l’écoute dans une main, la drisse dans l’autre, la barre coincée entre les jambes à guider le bateau tout en hissant le génois d’une main de maître. Et là, ça bombarde ! La houle s’est installée avec des creux de 2m, et des rafales estimées à 35nds (confirmées à 36nds au Bouveret). Grâce à son expérience de dériveur, les surfs n’ont plus de secrets pour lui et il descend ainsi, passant de vagues en vagues tel un changement de taxis. Du beau, du propre, et une petite pointe à 16nds !

 

 

Et là, badaboum. Le génois en a raz le bol de se faire tirer sur la « gueule » et se décroche de la drisse. Prompte réaction du barreur qui dévoile un nouveau numéro de funambule : il faut affaler et assurer  correctement la voile. Pas le temps de chercher à comprendre pourquoi, il faut faire vite tout en barrant depuis l’avant grâce au pilote accessible au pied de mat. Tout se déroule bien, et il peut finir la course avec la GV. Le vent se calme et en arrivant à Villeneuve, une averse courte mais violente l’accueille.

Aux alentours de 15h, une dernière épreuve se profile : passer la ligne, et la bonne ! Mais on ne s’attarde pas sur une petite confusion qui vient clôturer cette superbe première, et un Lennard ravi : « C’était bonnard, une chouette expérience ! »

 

Adrien Peltier

 

PS : L’auteur s’est permis d’ajouter quelques éléments de fiction pour un récit plus vivant. Pour les intéressés, voici l’explication de la formation de l’orage par météo suisse : https://www.meteosuisse.admin.ch/data/blogs/2020/6/le-bol-d-or-qui-n-a-pas-eu-lieu.html

 

 


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU