Bol d’Or 2021

Cette année le bol d’or a bien lieu ! Après une année chamboulé, le comité d’organisation a réussi à organiser la plus grande régate au monde en eau fermé 😎
Deux équipages représentaient le Luc Voile pour ce bol d’or 2021.
Sur Luc voile 1 : Yann (barreur), Clara (piano), Loïc (tacticien), Adrien (n°1) et Lucanaël (embraque)
Sur Luc Voile 2 : Zoé (barreuse), Pietro (piano), Pierre (tacticien), Aldo (embraque) et François Antoine (n°1)


Les bateaux étant déjà sur place depuis la GRG (qui a eu lieu le week-end d’avant), les deux équipes partent en camion le vendredi soir pour dormir chez Clara, qui habite sur Genève, après avoir fait des autotests avec le plus grand des plaisirs (et quelques fous rires). Nous rejoignons les parents de Clara, qui sont déjà en train de prendre l’apéro avec leur équipage de grand surprise… Objectif : arriver devant eux !

Levé 6h30 pour prendre des forces, puis départ aux bateaux une heure plus tard. Les deux surprises étant au mouillage devant le YCG, des équipiers motivés doivent plonger pour aller chercher les bateaux et les ramener au ponton (merci Loïc, Pietro et FA 😉 ).
Ensuite place à la préparation des bateaux, la pose des autocollants et un dernier petit carénage avant le départ. Après 1h de préparation, les bateaux sont prêts pour aller sur la ligne de départ. Je vous laisse découvrir maintenant le récit de chacun des équipages, qui ont tous deux vécu une magnifique aventure sur le lac Léman  😀

Luc Voile 2 :

Se retrouver à l’arrêt bâbord amure dans la dernière minute avant le départ au milieu d’une flotte de 95 Surprises, à défaut de sensations fortes, la voile stimule les nerfs ! 😂

Seulement 5 minutes que le roi Jean à sonné le premier coup de canon et l’équipage est lancé à la vitesse fulgurante de 1.5 nœud à une longueur de la ligne. Beaucoup trop près, trop vite, trop tôt, surtout quand on sait la pénalité encourue.

Pris au piège de leur propre vitesse au milieu des autres bateaux, il tente de le ralentir son bolide en poussant la bôme. Jusque-là la manœuvre aurait pu être bonne. Insister sur la bôme jusqu’à reculer avec l’idée de passer sous le vent du bateau qui leur fermait la route vers le viseur s’est avéré moins lumineux. À l’arrêt, il n’avait aucun contrôle sur la direction et avant de dérouler le génois pour relancer le bateau, les voici en bâbord malgré tout l’effort de leur capitaine Zoé pour contrôler la barre. L’équipe ne s’est pas dégonflée en voyant la flotte tribord lui arriver dessus a assumé son bâbord en déroulant le génois, lui permettant de sous-virer 30’’ avant le départ se retrouvant dans une position plus agréable. 10’ après le top, l’équipage estime s’en être bien sorti en voyant qu’une grande partie de la flotte reste clouée sous leur vent.

Zozo, FA et Aldo avec un big smile 😆

La Bise n’étant pas au rendez-vous, LUC Voile 2 profite de sa position à droite de la flotte pour tenter une option côté France. Peu de bateaux suivent, mais la présence de quelques grands noms du Lac à proximité conforte les tacticiens dans leur choix. Lorsqu’on voit que ça démarre fort côté suisse, il est trop tard pour traverser. L’option française est maintenue jusqu’à se retrouver en position très défavorable à la sortie du petit Lac. À défaut de vitesse, la route directe est maintenue jusqu’à une bascule aussi inattendue que salvatrice pour le moral de l’équipage. Le petit air arrivant de la côte française permet à LUC Voile 2 de se laisser glisser sous grand spi pour se repositionner dans le peloton mi-lac alors que le gros de la flotte se traine sous génois. Chacun son tour !

Le recours aux jumelles permet alors de voir clairement la Bise s’établir côté suisse. Tous les efforts sont fournis pour traverser la zone de transition et après quelques bascules, il trouve pour la première fois depuis le départ de quoi entendre l’eau sur la coque. Dans les heures qui ont suivi, l’équipage a bien exploité les risées pour finir par croiser avec LUC Voile 1 à hauteur de Chexbres. Ce dernier était apparu dans la nuit comme pour indiquer la route à son frère jumeau. Le frère jumeau n’a pas suivi. Il aurait dû ! LUC voile 2 aux prises avec des bascules de vent en direction et en intensité a fini par oublier le cap à suivre en se concentrant sur la recherche du vent. Lors de sa descente tardive et laborieuse sur le Bouveret, LUC Voile 2 cède la place à un groupe d’une bonne vingtaine de Surprise dont il pouvait espérer passer devant à la bouée. Une grande mobilisation de l’équipage pendant les heures difficiles aura permis de se refaire un peu pour finalement terminer avec une honorable 31 place suite à une descente sous spi dans le petit Lac. Un accueil du tonnerre réservé par les copains arrivés eux, en 3ᵉ position !

Luc Voile 1 :

Avec le vent très faible, nous essayons à tout prix d’être proche de la ligne de départ afin de ne pas être couvert (avoir un bateau à notre vent qui par conséquent « nous prend notre vent ») et nous lançons le bateau très tôt, presque un peu trop, car quelques secondes avant le départ, nous devons abattre sévèrement afin de ne pas être au-dessus de la ligne au top départ. Mais pour changer, Yann ne grille pas le départ ( 😆 ) et c’est parti pour au moins 24h de régate !!

Equipage luc voile 1 ready to gooo

Nous accélérons bien et sortons sous la flotte en grignotant de la distance. Après 30 min, toujours sur le même bord (oui oui c’est long, mais nous avançons à 2 nds maximum), nous avons une mauvaise passe et nous perdons beaucoup de distance par manque de vitesse. Nous décidons de nous replacer à droite de la flotte afin d’avoir de l’air frais.
Nous décidons de rester milieu de lac pour aller chercher la pression côte française le moment venu. Après un moment, nous virons de bord pour aller se coller à la côte française, ce qui fut une belle erreur. Le vent mollit fortement et nous nous retrouvons complètement arrêté pendant plusieurs heures avec une majorité de la flotte de surprise. C’est donc l’heure de la baignade pour rafraichir nos nerfs bien tendus !

Couche de soleil du samedi soir, avec une légère bise

Doucement, le vent reprend et nous arrivons à sortir du petit lac. À ce moment-là, nous vivons un moment assez magique, avec un coucher de soleil derrière nous et une très grosse flotte de bateau éparpillé sur la sortie du petit lac avec nous, tous avançant à 2-3 nœuds. Nous sortons notre épingle du jeu et arrivons à nous échapper par l’avant et jouons avec l’arrivée de la bise au milieu du grand lac.

Nous commençons à arriver proche du haut lac, et le vent tourne dans tous les sens. Juste aprés avoir croisé Luc Voile 2 au milieu de la nuit, nous voyons côte suisse (merci pour les jumelles lolo 😛 ) des bateaux avancer à au moins 6-7nds alors que nous sommes à 0,5 nds maximum. Sans hésiter nous réalisons un contre bord au nord pour aller chercher ce bout de bise qui reste à la côte. Après 300m, nous touchons ce vent et prenons la direction du bouveret, la bouée de mi-parcours et passons la bouée en 18e position !

À la suite du passage de la bouée, et après avoir entendu les animateurs à 3h20 du matin nous motiver au micro avec la musique à fond, nous repartons sous spi chercher la bise côte suisse. C’est la que le reste de la course va se jouer pour nous.. Nous accélérons fortement et laissons derrière nous une majorité de la flotte de surprise, resté tanké au milieu du haut lac. Nous rattrapons le 12e et 13e surprises devant lausanne avec un vent mollissant. Puis nous réussissons à agripper un flux d’air permettant de dépasser Lausanne et retoucher la bise tant attendue depuis la veille. Nous descendons à 6nds vers Yvoire, alors que le reste de la flotte derrière nous est stoppé net à Lausanne, et que les leaders sont arrêtés à Yvoire, que demander de plus ?

Notre Mr Météo en pleine dégustation de crêpe, direction Yvoire ! 😍

2h plus tard, arrivé à Yvoire, nous voyons les leaders attendre le vent qui arrive avec nous. S’ensuit 2h30 de navigation côte française, enchainant les empannages avec 4o bateaux (13 surprises, des Grands Surprises et autres plus grands bateaux). Un moment MAGIQUE, une intensité de dingue, des hauts et des bas (surtout beaucoup de hauts) et nous rattrapons G Hominal qui est à la 3ᵉ place. Nous nous retrouvons à trois bateaux, G Hominal, Sogelink et nous, le 2e étant allé côte Suisse et ayant perdu sa place de 2ᵉ. Après une longue bataille de vitesse et d’empannage, G Hominal et Sogelink nous devancent d’une vingtaine de mètres sur la ligne d’arrivée, qui nous classe donc 4ᵉ. Mais surprise surprise (ce n’est pas un jeu de mot), G Hominal ayant grillé la ligne de départ (et pas nous hehe) ils écopent de 60 min de pénalité, et nous laissent donc la place de 3e !!

Explosion de joie à bord de luc voile 1 !! 😍

Le Luc voile tient à féliciter les deux équipages pour les résultats exceptionnels de ce Bol d’Or 2021, qui restera dans les mémoires !

Tous ces beaux moments ne pourraient pas avoir lieu sans le soutien de nos partenaires, un grand merci aux Sports universitaires UNIL EPFL, à la ville de Lausanne et à Réseau delta !

Nous tenons aussi à remercier le cercle de la voile de Vidy et son entraineur, Jean-Paul, de nous accompagner durant cette saison. Le travail porte ces fruits 💪

 


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU