6 Heures de Nernier 2020

On l’a attendu longtemps, elle est enfin là : la première régate pour la Top Voile Cup 2020 et dans des conditions exceptionnelles ! Les deux bateaux du LUC étaient engagés dans ces 6 heures de parcours banane entre Nernier, Yvoire et une bouée sud. Sur Forum 1, Lennard tiens le cap, Adrien l’assiste à la GV, Lucky embraque, Yoann en régleur confirmé sur son piano et Zoé leur numéro 1 aux pieds sûrs. Côté Forum 2 on retrouve Yann à la barre épaulé par Edouard (l’homme de toutes les situations), Nab à l’embraque, Louis en numéro 1 et Thomas au piano. Voici le récit d’une superbe régate au goût légèrement amère.

 

Après une petite hésitation sur un convoyage la veille ou le matin, la météo a conclu les débats pour le matin. RDV donné à 6h (toute corrélation avec le titre de la régate du jour n’est pas voulue) et c’est parti ! Moteur, GV et ça file ! Ils ont même eu droit à un bord de portant sous spi, un régal. A l’arrivée, ils retrouvent le bus avec le reste de l’équipe, vident le bateau pour ne garder que GV, génois et spi 7/8e. De belles conditions sur le plan d’eau, avec une petite bise, un grand soleil et plein de copains pour jouer.

Forum 1 (F1) sort du port, monte un peu, petite envoyée de spi pour vérifier le tout, et hop ! Ils se dirigent vers la ligne. C’est un départ bien placé, les copains juste devant, avec relativement peu de bateaux autour sauf un en avance qui abat sur la flotte. Le signal sonore retenti, quelqu’un a mordu la ligne mais l’équipage est confiant et continu sur tribord. La flotte est relativement dense, ça croise dans tous les sens et vigilance est le mot d’ordre. Une option côtière est privilégiée et les manœuvres sont primordiales. L’équipage les exécutent à la perfection et ils grappillent des places au fur et à mesure.

@Jean Louis Duzert

Côté Forum 2 (F2), c’est une sortie de port forte en adrénaline et le plongeon d’un membre de l’équipage (dont nous tairons ici le nom) pour récupérer ses lunettes de soleil. Ils arrivent à prendre un départ dans un timing serré mais bien placé, les positionnant à l’avant de la flotte des surprises. A ce moment il faut se placer, jouer des coudes, mais malheureusement l’équipage fraîchement formé effectue encore des manœuvres suboptimales, et quelques places sont perdues. Or l’option de passer proche de la côte s’avère payante : au 1er passage de la bouée au vent, rien n’est perdu et ils sont toujours au contact du paquet de tête.

C’est à ce moment que le drame survient : après analyse attentive des instructions de course effectuée par tous les membres des deux équipages sans exception (sic), il a été compris qu’il fallait suivre la jauge des surprises, et n’utiliser que le spi 7/8e (communément appelé petit spi, cela a son importance dans cette histoire). Malheureusement l’entièreté de la flotte (excepté un autre surprise) avait eu une autre interprétation (ou joué sur l’expérience) et avait gréé le grand spi. Une sacrée douche froide pour les équipes. Mais loin de les décourager, ils eurent à cœur de tout donner et montrer de quel bois ils se chauffent.

Sur F2, ils se sont bien battus, enchaînant les empannages à la perfection dès le premier bord de portant, des choix de passer à la côte à chaque fois qui se sont avérés payants, des hissages et affalages de spi très efficaces grâce à un engagement corps et âme de l’équipage (certaines langues acerbes diront que c’est plus facile d’affaler un petit spi), mais le déficit de vitesse était quand même présent, et cela s’est fait sentir sur 6h. Tel Sisyphe, ils arrivaient à dépasser leurs concurrents directs sur les bords de près, mais se faisant à chaque fois à leur tour dépasser au portant. Heureusement que Forum 1 était là pour les soutenir dans cette mésaventure, arborant aussi fièrement leur petite bulle. Ils sont néanmoins restés motivés jusqu’à la fin avec des améliorations notables au cours de ces 6h :  l’efficacité de leurs virements de bord, optimisation de la stratégie une fois la position des hauts-fonds repérés au sud du port de Nernier pour profiter des effets de côte. Cela leur a permis d’assurer leur place au milieu du classement, et de stabiliser l’écart avec les surprises du premier groupe. Ils finissent finalement 11e sur 19 surprises.

@Jean Louis Duzert

A bord de F1, c’est concentration maximale pour profiter du moindre réglage. Yoann peaufine les réglages de spi, Lennard les dégages des dévents, tout est fait pour perdre le moins possible et limiter la casse. Et c’est chose faite ! Le bord se termine avec une magnifique enroulée de bouée qui leur permet de ressortir au-dessus de quelques grands spis les ayant dépassés sur la fin. Sur le bord de près, au taquet ! Et ça bascule le virement ! Et encore ! Du joli, du propre et ils parviennent à arriver en fin de près en même position qu’au bord précédent, toujours aux coudes à coudes avec leur concurrents directs, le grand surprise (sic). Même schéma sur le deuxième portant, une enroulée toute aussi belle.

@Jean Louis Duzert

Malheureusement un choix un peu plus au large n’est pas payant et ils ne parviennent pas à remonter autant même si les manœuvres sont très propres. Sur le 5e et dernier bord de près, un dernier défi se présente : le surprise de devant n’arrête pas de leur virer « sur la gueule », ce qui a le don de chauffer le Lennard. L’équipage sent que le capitaine a besoin de se sortir de là et donne tout ce qu’il a. Des virements, et encore, ça remonte en restant sur la côte. Ils se retrouvent à même hauteur, F1 sur bâbord. L’équipage en confiance, le barreur plus précis que jamais, et c’est un virement qui se termine à 50cm de la proue du concurrent, sans perte de vitesse. « Ah c’est gonflé les jeunes ! » Mais oui c’est clair !! Et c’est la ligne, ils font encore un tour pour le fun mais ils n’auront pas le temps de passer la ligne avant la fermeture. Ils finissent physiquement autour du 7-8, mais il semble qu’ils aient anticipé le départ, d’où une pénalité de 20 minutes ce qui les relègue au 12e surprise.

Il est clair que le Drame leur laisse un poids sur le cœur, à moiter allégé par un magnifique convoyage retour : 20 nœuds de bise, 2 bords, couché de soleil. C’est ça aussi le lac. C’est beau et on l’aime. A l’année prochaine.

Un grand merci à Louis pour l’aide à la rédaction.

Pour tous les classements : http://c2ny.org/les-6-heures-de-nernier/

 

Adrien Peltier


Centre sportif universitaire lausannois
EPFL
Unil
Forum EPFL
marine-electronic.com
WIMI
Lausanne Ville Olympique
SSU